Notre avis « Si j’ai guéri, c’est grâce à cette musique. » Voici le message optimiste que Lady Gaga souhaite partager après s’être longtemps écartée de la dance pop — en optant pour un son plus épuré sur Joanne, son album de 2016, ou pour une couleur plus intimiste, hommage à la tradition des auteurs-compositeurs, sur la BO de A Star Is Born, sorti en 2018. Avec Chromatica, un album concept construit autour d’un univers bigarré semblable à celui du Magicien d’Oz — et produit par BloodPop®, qui avait aussi travaillé sur Joanne — la diva disco opère un spectaculaire retour aux sources. « Je refais enfin un album dance », confie-t-elle à Apple Music, « et ce dancefloor, c’est le mien, je me suis battue pour l’avoir. » Comme c’est le cas pour beaucoup d’autres artistes, la musique a servi de thérapie à Gaga, et l’a aidée à affronter les fantômes de ses traumatismes familiaux. Mais il a fallu qu’elle puisse mener ses propres batailles — avec sa santé mentale, son addiction et son sevrage, le traumatisme d’une agression sexuelle — pour qu’elle retrouve la liberté de danser à nouveau. « Tout ce que j’ai vécu, ce n’est plus forcément douloureux aujourd’hui. Ça fait juste partie de moi et ça ne m’empêche pas d’avancer. »

Et c’est cette liberté-là qu’elle veut partager avec ses fans — même s’il va falloir qu’ils attendent un peu avant de pouvoir apprécier ce nouvel album en club. « J’ai tellement hâte qu’on danse tous ensemble sur ces titres », ajoute-t-elle. En attendant, elle espère que d’autres profiteront, comme elle, des vertus thérapeutiques de cette musique. « Finalement, quand on croit en soi-même, on peut parfois y arriver et se sentir à la hauteur. J’aimerais vraiment que ceux qui écoutent cet album puissent entendre et ressentir ça. » Ci-dessous, Lady Gaga nous présente quelques morceaux choisis de Chromatica et partage les anecdotes qui les entourent.

Chromatica I
« Pour moi, le début de l’album représente le début de mon chemin vers la guérison. Ça part directement sur un arrangement de cordes très solennel, avec un sentiment de catastrophe imminente qui donne une idée de ce qui se passe si je fais face à tout ce qui me terrorise. Cet arrangement de cordes pose le décor pour toute une expérience cinématographique autour de ma compréhension des choses. »

Alice
« J’ai eu quelques conversations assez dark avec BloodPop® sur ma vision de la vie. “I’m in the hole, I’m falling down/So down, down/My name isn’t Alice, but I’ll keep looking for Wonderland [Je suis dans le trou, en train de tomber / Tout, tout en bas / Je ne m’appelle pas Alice, mais je vais continuer à chercher le pays des merveilles].” Donc ça parle de cette expérience très étrange, où je me dis : “Je sais pas si je vais m’en sortir, mais je vais essayer.” Et c’est là que l’album commence vraiment. »

Stupid Love
« Dans le clip de “Stupid Love”, il y a un combat entre le bleu et le rouge. Ça pourrait clairement être une allusion à la politique. Et c’est très clivant. Ma vision du monde, c’est qu’on est tous divisés, et ça crée un environnement tendu qui penche vers l’extrémisme. Ça donne une petite idée de la perspective de Chromatica, qui, selon moi, n’est ni dystopique ni utopique. C’est juste ma façon de voir les choses. Et j’aimerais arriver à transmettre ça sous forme de message. »

Rain on Me (With Ariana Grande)
« Quand on a fait la production vocale avec elle, j’étais assise derrière la table de mixage et je lui ai dit : “Je veux que tu oublies tout ce qui te préoccupe et que tu chantes, tout simplement. Et au fait, pendant que tu feras ça, moi je vais danser devant toi”, parce qu’il y avait cette énorme fenêtre. Et elle était là : “Oh mon dieu, je sais pas trop, je peux pas.” Mais c’est là qu’elle a commencé à faire des trucs très différents vocalement. C’était juste un bon moment entre deux artistes, qui se disaient : “Je t’ai compris.” C’est humain. On essaie toujours de rester bien au chaud sans trop aller au-delà de nos limites, mais je cherche toujours à pousser les artistes avec qui je travaille, je leur dis : “Sors de ta zone de confort et recommence.” »

Free Woman
« J’ai été agressée sexuellement par un producteur de musique. Ça a influencé toute ma façon de voir la vie, le monde, l’industrie, tout ce qu’il fallait que je sacrifie ou que je subisse pour en arriver là. Et il fallait que je mette tout ça là-dedans. Et finalement, quand j’en suis arrivé au point où j’ai pu être fière de mon parcours, j’ai dit : “Tu sais quoi ? C’est pas parce que je manque de confiance que je ne vaux rien. Et je ne suis pas rien quand je sais que je peux y arriver. Je suis toujours quelqu’un, même si je n’ai pas un mec pour me guider, je suis une femme libre.” C’est moi, en mode : “Je ne veux plus me définir comme une rescapée ou comme une victime d’agression sexuelle. Je suis juste une personne qui est libre et qui a vécu des trucs malsains.” »

911
« Ça parle d’un neuroleptique que je prends. C’est parce que je peux pas toujours contrôler tout ce qui se passer au niveau de mon cerveau. J’en suis consciente. Et j’ai besoin de prendre des médicaments pour stopper ce processus. “Keep my dolls inside diamond boxes/Save it till I know I’m going to drop this front I’ve built around me/Keep myself in beautiful places, paradise is in my hands” [Je garde mes poupées dans des boîtes en diamant/Je les garde jusqu’au jour où je me sentirai capable d’abandonner la façade que j’ai construite autour de moi/Je les garde dans des endroits sublimes, paradis entre mes mains].” »

Sine From Above (With Elton John)
« Ça s’appelle S-I-N-E parce que c’est une forme d’onde sonore [l’onde sinusoïdale, qui possède une seule harmonique]. C’est ce son venu d’en haut, “sine”, qui m’a soignée et qui m’a rendue capable de danser à nouveau pour me sortir de cet album. “I heard one sine from above/I heard one sine from above/Then the signal split into the sound created stars like me and you/Before there was love, there was silence/I heard one sine and it healed my heart, heard a sine” [J’ai entendu une onde venue d’en haut/J’ai entendu une onde venue d’en haut/Et puis le signal s’est divisé dans le son, a créé des étoiles comme toi et moi/Avant l’amour, le silence/J’ai entendu une onde et ça a soigné mon cœur, entendu une onde]. J’ai compris plus tard pendant l’enregistrement que je rendais hommage à la chose même qui m’avait rendue à la vie, la musique. »

1
1:00
 
2
2:57
 
3
3:13
 
4
3:02
 
5
3:11
 
6
2:53
 
7
0:41
 
8
2:52
 
9
3:41
 
10
2:37
 
11
2:59
 
12
3:06
 
13
0:27
 
14
4:04
 
15
3:35
 
16
2:41
 

Vidéos

Extras audio

Extras vidéo

Plus de : Lady Gaga

Recommandé sur