12 Morceaux, 45 minutes

NOTES DES ÉDITEURS

Si les albums A Thousand Suns (2010) et Living Things (2012) ont vu LINKIN PARK explorer une large palette de sonorités électroniques, The Hunting Party signe le retour en force des guitares et du rock qui ont fait sa marque de fabrique depuis l’opus Hybrid Theory, qui a révélé le groupe en l’an 2000. Les solos de guitares effervescents, les rythmes effrénés et l’intensité irrépressible de « Keys to the Kingdom » et « Rebellion » en font des compositions parmi les plus frappantes du groupe à ce jour, tandis que d’autres morceaux tels que « Wastelands » et « Guilty All the Same » (en collaboration avec le rappeur Rakim) combinent habilement des éléments de hip-hop avec d’incroyables envolées de guitares. Les moments les plus émouvants de The Hunting Party nous sont offerts avec le sombre « Until It’s Gone » ainsi qu’avec le refrain irrésistible de « Final Masquerade ».

NOTES DES ÉDITEURS

Si les albums A Thousand Suns (2010) et Living Things (2012) ont vu LINKIN PARK explorer une large palette de sonorités électroniques, The Hunting Party signe le retour en force des guitares et du rock qui ont fait sa marque de fabrique depuis l’opus Hybrid Theory, qui a révélé le groupe en l’an 2000. Les solos de guitares effervescents, les rythmes effrénés et l’intensité irrépressible de « Keys to the Kingdom » et « Rebellion » en font des compositions parmi les plus frappantes du groupe à ce jour, tandis que d’autres morceaux tels que « Wastelands » et « Guilty All the Same » (en collaboration avec le rappeur Rakim) combinent habilement des éléments de hip-hop avec d’incroyables envolées de guitares. Les moments les plus émouvants de The Hunting Party nous sont offerts avec le sombre « Until It’s Gone » ainsi qu’avec le refrain irrésistible de « Final Masquerade ».

TITRE DURÉE

Plus de titres par LINKIN PARK

Vous aimerez peut-être aussi