11 Morceaux, 52 minutes

NOTES DES ÉDITEURS

On situe « l’âge d’or du violon » au début du XXe siècle, quand les virtuoses Fritz Kreisler ou Jascha Heifetz enflammaient leurs auditoires en interprétant Gershwin, Debussy, Bruch ou Satie. Accompagné par son quatuor Made in Berlin, par l’Orchestre Philharmonique de Londres ou encore par le pianiste Julien Quentin, Ray Chen honore ici ses glorieux prédécesseurs. En réunissant le Concerto pour violon n° 1 de Bruch, une adaptation du Clair de lune de Debussy ou encore un hommage à Erik Satie, le violoniste prouve avec délicatesse et passion que l’âge d’or ne cesse de continuer à s’écrire.

NOTES DES ÉDITEURS

On situe « l’âge d’or du violon » au début du XXe siècle, quand les virtuoses Fritz Kreisler ou Jascha Heifetz enflammaient leurs auditoires en interprétant Gershwin, Debussy, Bruch ou Satie. Accompagné par son quatuor Made in Berlin, par l’Orchestre Philharmonique de Londres ou encore par le pianiste Julien Quentin, Ray Chen honore ici ses glorieux prédécesseurs. En réunissant le Concerto pour violon n° 1 de Bruch, une adaptation du Clair de lune de Debussy ou encore un hommage à Erik Satie, le violoniste prouve avec délicatesse et passion que l’âge d’or ne cesse de continuer à s’écrire.

TITRE DURÉE

Plus de titres par Ray Chen