12 Morceaux, 52 minutes

NOTES DES ÉDITEURS

Sur The Boatman’s Call, le prince des ténèbres est plus crooner que jamais. Inspiré par ses idylles brisées et sa spiritualité, ce dixième album studio est parmi ses plus personnels. Un piano introspectif ouvre « Into My Arms », annonçant le ton d’un changement de registre, plus direct, invitant la passion du blues et l’intimité du jazz. Tandis que se perlent de sombres ballades aussi troublantes qu’inoubliables, la prose d’influence gothique de l’Australien n’exprime que des idées essentielles.

NOTES DES ÉDITEURS

Sur The Boatman’s Call, le prince des ténèbres est plus crooner que jamais. Inspiré par ses idylles brisées et sa spiritualité, ce dixième album studio est parmi ses plus personnels. Un piano introspectif ouvre « Into My Arms », annonçant le ton d’un changement de registre, plus direct, invitant la passion du blues et l’intimité du jazz. Tandis que se perlent de sombres ballades aussi troublantes qu’inoubliables, la prose d’influence gothique de l’Australien n’exprime que des idées essentielles.

TITRE DURÉE

Plus de titres par Nick Cave & The Bad Seeds

Vous aimerez peut-être aussi