8 Morceaux, 53 minutes

NOTES DES ÉDITEURS

L’orfèvre de l’oud tunisien dresse depuis des années des ponts entre les musiques traditionnelles arabes, le jazz et le folk. Sur ce dixième album paru en 2009, il rend hommage au poète palestinien disparu Mahmoud Darwich, en donnant au disque le titre d’un de ses textes. Produit par le contrebassiste allemand Manfred Eicher, l’album privilégie les rythmes lents et les atmosphères mystérieuses. Oud, guitare acoustique, contrebasse et percussions habillent ces titres propices à la contemplation.

NOTES DES ÉDITEURS

L’orfèvre de l’oud tunisien dresse depuis des années des ponts entre les musiques traditionnelles arabes, le jazz et le folk. Sur ce dixième album paru en 2009, il rend hommage au poète palestinien disparu Mahmoud Darwich, en donnant au disque le titre d’un de ses textes. Produit par le contrebassiste allemand Manfred Eicher, l’album privilégie les rythmes lents et les atmosphères mystérieuses. Oud, guitare acoustique, contrebasse et percussions habillent ces titres propices à la contemplation.

TITRE DURÉE

Plus de titres par Anouar Brahem