14 Morceaux, 43 minutes

NOTES DES ÉDITEURS

« À chaque fois qu’on entrait en studio, notre intention était de créer des morceaux qui rayonnent de bonheur », explique Joe Jonas à Apple Music, au sujet de son premier album en dix ans, réalisé avec ses frères, Nick et Kevin. « On n’imaginait pas que ça deviendrait le titre de l’album ni que la pochette serait la représentation visuelle de notre état d’esprit. C’est à dire qu’ensemble, on arrive toujours à s’en sortir. » Bénéficiant de la participation de Ryan Tedder, Max Martin et Shawn Mendes, cet album spontané et entraînant va chercher son inspiration du côté de The Police, de l’énergie de Post Malone et offre même quelques ballades langoureuses à se pâmer. Morceau par morceau, les trois frères présentent l’album qui a pris la forme d’une réunion de famille.


« Sucker »


Kevin : « On s’est inspirés de Ricky Bobby et du chemin qu’il a parcouru pour devenir le meilleur pilote de course au monde. »
Nick : « Si tu n’es pas le premier, tu es le dernier. »
Joe : « Mais pour nous, ça a pris du temps. Nous n’étions pas du tout certains que ce serait le premier single. On sentait que ça ferait un bon titre sur l’album, mais on ne pensait pas que ce serait celui qui annoncerait notre retour. »
Kevin : « Et ensuite, qu’est-ce qu’il s’est passé ? »
Joe : « Ensuite, c’est devenu le premier single. »


« Cool »


Nick : « Ce titre est arrivé vers la fin du processus d’écriture. Au départ, on voulait composer une ballade, mais on a fini par écrire ça parce qu’on est arrivé au studio en super forme. On était vraiment au top. »


« Only Human »


Joe : « C’est le dernier titre qu’on a créé pour l’album. Max Martin et Shellback [Karl Johan Schuster] nous ont contactés. En plus d’être deux beaux gosses scandinaves, ils font aussi partie des meilleurs compositeurs et producteurs du monde. Ils ont une tonne de hits à leur actif. Pour l’anecdote, on a écrit et enregistré une bonne partie du titre via FaceTime. Shellback était chez lui, en Suède, et il fallait qu’il soit très discret parce qu’il était quatre heures du matin et que tout le monde dormait à côté. »
Nick : « En fait, ça aurait pu faire une super pub pour Apple. Ça montre que le monde se rétrécit et devient plus connecté, et comment on écrit des hits grâce à FaceTime. »


« I Believe »


Nick : « Très rapidement, Greg Kurstin nous a aidés à définir comment l’album allait sonner. C’est la personne idéale pour ce boulot, puisqu’il a travaillé avec Adele et Beck, deux artistes qu’on aime et pour qui nous avons beaucoup de respect. Et cette chanson est une lettre d’amour à ma femme. Je suis tellement impatient de la jouer en tournée. »
Joe : « On l’a beaucoup écoutée à ton enterrement de vie de garçon. Elle sonne encore mieux à la plage. »
Nick : « C’est vrai. Essayez pour voir. »


« Used to Be »


Joe : « À la première écoute, je n’ai pas vraiment accroché. Et puis, d’un coup, je me suis dit : “Oh mon dieu, j’ai compris. J’adore.” Ça fonctionnait. »
Kevin : « J’ai l’impression que ce titre a été très inspiré par Post Malone et par les beats urbains. Post nous avait fait une dédicace dans une de ses chansons alors il semblait naturel de lui rendre la pareille. »


« Every Single Time »


Joe : « Celle-là est dans l’esprit de The Police. »
Nick : « Le groupe The Police. Si vous n’en avez pas entendu parler, il faut absolument aller les écouter. C’est un petit groupe qui démarre. Ils sont géniaux.
Kevin : “Leur chanteur, c’est un mec qui s’appelle Stung, je crois.”
Nick : “Ouais, voilà, Stung. Il est génial.”


“Don’t Throw It Away”


Joe : “Ce morceau a aussi été produit par Greg Kurstin et co-écrit par Mozella, qui est devenu un des auteurs-compositeurs les plus importants du milieu. Il nous a aidés à nous lancer dès le début du processus créatif. Il y a des influences des années 80 dedans.”


“Love Her”


Kevin : « Pour nous, c’est très important d’avoir des chansons romantiques sur un album. Il y a déjà eu des morceaux entraînants, qu’on écoute avant d’arriver au huitième. À ce moment-là, on a déjà mangé le plat principal et on termine la bouteille de vin. »


« Happy When I’m Sad »

Nick : « Ce morceau raconte comment on peut simuler, porter un masque, bref, faire semblant d’être heureux quand on est triste. »
Kevin : « Je crois que beaucoup de gens peuvent se sentir concernés par ça. Ça me fait penser à Dexter, la série TV. »
Nick : « Découper quelqu’un en morceaux tout en gardant le sourire. »
Joe : « Intéressant ! C’est assez glauque, les gars. C’est pas vraiment ce que j’avais en tête en l’écrivant, mais chacun son truc. »


« Trust »


Nick : « Cette chanson est une collaboration avec Jason Evigan, avec qui j’ai écrit « Chains ». C’est un producteur et un auteur-compositeur incroyable, on est amis depuis très longtemps, mais transformer une belle relation en une belle chanson, c’est ce qu’on peut rêver de mieux en tant qu’auteur-compositeur. Il y avait une connexion magnétique entre chacun d’entre nous. »


« Strangers »


Joe : « Vous avez écouté les dix premiers morceaux, et vous vous dites : “Mais où sont les Jonas Brothers que j’ai connus ? C’est débile.” Heureusement pour vous, le titre numéro 11 est là pour sauver la mise. »


« Hesitate »


Joe : « C’est un morceau important. Je l’ai écrit avec mon âme sœur, Sophie, et c’est une de ces lettres d’amour qu’on écrit à son ou sa partenaire et qui disent : “Je serai là quoi qu’il arrive.” »


« Rollercoaster »


Kevin : « Notre documentaire Chasing Happiness est sorti récemment, et c’était super de pouvoir raconter cette histoire. On savait qu’il nous fallait une chanson pour aller jusqu’au bout. Ryan [Tedder] est arrivé avec “Rollercoaster”. On l’a un peu retouché pour qu’il nous ressemble et maintenant il résume parfaitement les thèmes principaux du documentaire : profiter de sa jeunesse, puis choisir de recommencer d’une manière plus saine et terminer en disant : “Je remonterais bien sur ce grand huit avec toi pour tout recommencer.” »


« Comeback »


Joe : « C’est un de ceux dont je suis le plus fier. Même si l’on a utilisé des termes qui évoquent des relations amoureuses, en réalité, il raconte en détail où en était le groupe, quelque chose comme : “Reviens à moi et j’irai vers toi”. On a vécu beaucoup de trucs au cours de ce voyage, mais ça nous a ramenés ici. Ce titre touche à nos racines, à cette époque où on jouait de la musique à l’église. Même la progression d’accords et la mélodie forment un hymne, d’ailleurs. J’en suis vraiment très fier. »

NOTES DES ÉDITEURS

« À chaque fois qu’on entrait en studio, notre intention était de créer des morceaux qui rayonnent de bonheur », explique Joe Jonas à Apple Music, au sujet de son premier album en dix ans, réalisé avec ses frères, Nick et Kevin. « On n’imaginait pas que ça deviendrait le titre de l’album ni que la pochette serait la représentation visuelle de notre état d’esprit. C’est à dire qu’ensemble, on arrive toujours à s’en sortir. » Bénéficiant de la participation de Ryan Tedder, Max Martin et Shawn Mendes, cet album spontané et entraînant va chercher son inspiration du côté de The Police, de l’énergie de Post Malone et offre même quelques ballades langoureuses à se pâmer. Morceau par morceau, les trois frères présentent l’album qui a pris la forme d’une réunion de famille.


« Sucker »


Kevin : « On s’est inspirés de Ricky Bobby et du chemin qu’il a parcouru pour devenir le meilleur pilote de course au monde. »
Nick : « Si tu n’es pas le premier, tu es le dernier. »
Joe : « Mais pour nous, ça a pris du temps. Nous n’étions pas du tout certains que ce serait le premier single. On sentait que ça ferait un bon titre sur l’album, mais on ne pensait pas que ce serait celui qui annoncerait notre retour. »
Kevin : « Et ensuite, qu’est-ce qu’il s’est passé ? »
Joe : « Ensuite, c’est devenu le premier single. »


« Cool »


Nick : « Ce titre est arrivé vers la fin du processus d’écriture. Au départ, on voulait composer une ballade, mais on a fini par écrire ça parce qu’on est arrivé au studio en super forme. On était vraiment au top. »


« Only Human »


Joe : « C’est le dernier titre qu’on a créé pour l’album. Max Martin et Shellback [Karl Johan Schuster] nous ont contactés. En plus d’être deux beaux gosses scandinaves, ils font aussi partie des meilleurs compositeurs et producteurs du monde. Ils ont une tonne de hits à leur actif. Pour l’anecdote, on a écrit et enregistré une bonne partie du titre via FaceTime. Shellback était chez lui, en Suède, et il fallait qu’il soit très discret parce qu’il était quatre heures du matin et que tout le monde dormait à côté. »
Nick : « En fait, ça aurait pu faire une super pub pour Apple. Ça montre que le monde se rétrécit et devient plus connecté, et comment on écrit des hits grâce à FaceTime. »


« I Believe »


Nick : « Très rapidement, Greg Kurstin nous a aidés à définir comment l’album allait sonner. C’est la personne idéale pour ce boulot, puisqu’il a travaillé avec Adele et Beck, deux artistes qu’on aime et pour qui nous avons beaucoup de respect. Et cette chanson est une lettre d’amour à ma femme. Je suis tellement impatient de la jouer en tournée. »
Joe : « On l’a beaucoup écoutée à ton enterrement de vie de garçon. Elle sonne encore mieux à la plage. »
Nick : « C’est vrai. Essayez pour voir. »


« Used to Be »


Joe : « À la première écoute, je n’ai pas vraiment accroché. Et puis, d’un coup, je me suis dit : “Oh mon dieu, j’ai compris. J’adore.” Ça fonctionnait. »
Kevin : « J’ai l’impression que ce titre a été très inspiré par Post Malone et par les beats urbains. Post nous avait fait une dédicace dans une de ses chansons alors il semblait naturel de lui rendre la pareille. »


« Every Single Time »


Joe : « Celle-là est dans l’esprit de The Police. »
Nick : « Le groupe The Police. Si vous n’en avez pas entendu parler, il faut absolument aller les écouter. C’est un petit groupe qui démarre. Ils sont géniaux.
Kevin : “Leur chanteur, c’est un mec qui s’appelle Stung, je crois.”
Nick : “Ouais, voilà, Stung. Il est génial.”


“Don’t Throw It Away”


Joe : “Ce morceau a aussi été produit par Greg Kurstin et co-écrit par Mozella, qui est devenu un des auteurs-compositeurs les plus importants du milieu. Il nous a aidés à nous lancer dès le début du processus créatif. Il y a des influences des années 80 dedans.”


“Love Her”


Kevin : « Pour nous, c’est très important d’avoir des chansons romantiques sur un album. Il y a déjà eu des morceaux entraînants, qu’on écoute avant d’arriver au huitième. À ce moment-là, on a déjà mangé le plat principal et on termine la bouteille de vin. »


« Happy When I’m Sad »

Nick : « Ce morceau raconte comment on peut simuler, porter un masque, bref, faire semblant d’être heureux quand on est triste. »
Kevin : « Je crois que beaucoup de gens peuvent se sentir concernés par ça. Ça me fait penser à Dexter, la série TV. »
Nick : « Découper quelqu’un en morceaux tout en gardant le sourire. »
Joe : « Intéressant ! C’est assez glauque, les gars. C’est pas vraiment ce que j’avais en tête en l’écrivant, mais chacun son truc. »


« Trust »


Nick : « Cette chanson est une collaboration avec Jason Evigan, avec qui j’ai écrit « Chains ». C’est un producteur et un auteur-compositeur incroyable, on est amis depuis très longtemps, mais transformer une belle relation en une belle chanson, c’est ce qu’on peut rêver de mieux en tant qu’auteur-compositeur. Il y avait une connexion magnétique entre chacun d’entre nous. »


« Strangers »


Joe : « Vous avez écouté les dix premiers morceaux, et vous vous dites : “Mais où sont les Jonas Brothers que j’ai connus ? C’est débile.” Heureusement pour vous, le titre numéro 11 est là pour sauver la mise. »


« Hesitate »


Joe : « C’est un morceau important. Je l’ai écrit avec mon âme sœur, Sophie, et c’est une de ces lettres d’amour qu’on écrit à son ou sa partenaire et qui disent : “Je serai là quoi qu’il arrive.” »


« Rollercoaster »


Kevin : « Notre documentaire Chasing Happiness est sorti récemment, et c’était super de pouvoir raconter cette histoire. On savait qu’il nous fallait une chanson pour aller jusqu’au bout. Ryan [Tedder] est arrivé avec “Rollercoaster”. On l’a un peu retouché pour qu’il nous ressemble et maintenant il résume parfaitement les thèmes principaux du documentaire : profiter de sa jeunesse, puis choisir de recommencer d’une manière plus saine et terminer en disant : “Je remonterais bien sur ce grand huit avec toi pour tout recommencer.” »


« Comeback »


Joe : « C’est un de ceux dont je suis le plus fier. Même si l’on a utilisé des termes qui évoquent des relations amoureuses, en réalité, il raconte en détail où en était le groupe, quelque chose comme : “Reviens à moi et j’irai vers toi”. On a vécu beaucoup de trucs au cours de ce voyage, mais ça nous a ramenés ici. Ce titre touche à nos racines, à cette époque où on jouait de la musique à l’église. Même la progression d’accords et la mélodie forment un hymne, d’ailleurs. J’en suis vraiment très fier. »

TITRE DURÉE

Plus de titres par Jonas Brothers