15 Morceaux, 1 heure 6 minutes

NOTES DES ÉDITEURS

Port of Miami, c’est la base de mon empire » confie Rick Ross à Apple Music. » On est allé tellement loin depuis que parfois, c’est important de s’en souvenir ». Treize ans, neuf albums et d’innombrables hits plus tard, Rick Ross dévoile la suite de ce premier album précurseur et revient à la formule qui a fait son succès. Au menu, une abondance de rap haute couture et de multiples références aux rues de Miami, une ville qui ne se résume pas uniquement à South Beach, le décor du célèbre clip de « Hustlin’ ». Avec Port of Miami 2, le rappeur ne se contente pourtant pas simplement de donner une suite à l’original : sur ce projet, le MC savoure sa réussite tout en améliorant la structure de l’album initial, qu’il a passé toute sa carrière à faire évoluer.

« Sur Port of Miami, c’était de jeunes producteurs, un nouveau son, une vibe inédite », ajoute Ross. « Sur le premier titre du deuxième volet, “Act a Fool”, il paraissait logique de frapper fort avec un membre du label MMG : le producteur Beat Billionaire. Sa signature, notre énergie. » Sur « Act a Fool », on retrouve également un autre membre emblématique de MMG avec Wale (« Bogus Charms ») et d’autres à travers l’album avec Meek Mill et Gunplay (« Nobody’s Favorite »), pour porter haut les couleurs de la team d’origine.
Les freestyles de Port of Miami 2 sont à l’image de l’empreinte que Rick Ross a imprimée sur le rap game au cours des années. Le bad boy assumé de « I’m Bad » va plus loin avec « Nobody’s Favorite ». Son « Where My Money (I Need That) » s’est transformé en « Rich N***a Lifestyle », et s’il prédisait sa très prochaine heure de gloire avec « It’s My Time », ici, dans Port of Miami 2, on le suit dans un futur pas si lointain au milieu de sa « Vegas Residency ».

Sur ce nouveau projet, Rick Ross invite aussi une pléiade d’artistes et parmi ses favoris, avec Swizz Beatz en featuring sur « BIG TYME » produit par Just Blaze, la révélation R&B Summer Walker (« Summer Reign »), son ancien ennemi Jeezy (« Born to Kill ») et le regretté Nipsey Hussle (« Rich N***a Lifestyle »). Tous célèbrent l’héritage de Rick Ross à travers des performances qui viennent souligner sa personnalité hors-norme. « À ce moment précis d’une carrière et vu l’état du rap en ce moment, beaucoup de gens assurent leur promo en faisant un peu n’importe quoi, sans se prendre au sérieux », explique Ross. « Mais quand on est à ma place, on ne peut pas faire ça. Il faut que je reste créatif et que je continue à faire du bon son. La production, les figures de style, les concepts, tu vois ? » En bref, tout ce qui l’a porté là où il est aujourd’hui."

NOTES DES ÉDITEURS

Port of Miami, c’est la base de mon empire » confie Rick Ross à Apple Music. » On est allé tellement loin depuis que parfois, c’est important de s’en souvenir ». Treize ans, neuf albums et d’innombrables hits plus tard, Rick Ross dévoile la suite de ce premier album précurseur et revient à la formule qui a fait son succès. Au menu, une abondance de rap haute couture et de multiples références aux rues de Miami, une ville qui ne se résume pas uniquement à South Beach, le décor du célèbre clip de « Hustlin’ ». Avec Port of Miami 2, le rappeur ne se contente pourtant pas simplement de donner une suite à l’original : sur ce projet, le MC savoure sa réussite tout en améliorant la structure de l’album initial, qu’il a passé toute sa carrière à faire évoluer.

« Sur Port of Miami, c’était de jeunes producteurs, un nouveau son, une vibe inédite », ajoute Ross. « Sur le premier titre du deuxième volet, “Act a Fool”, il paraissait logique de frapper fort avec un membre du label MMG : le producteur Beat Billionaire. Sa signature, notre énergie. » Sur « Act a Fool », on retrouve également un autre membre emblématique de MMG avec Wale (« Bogus Charms ») et d’autres à travers l’album avec Meek Mill et Gunplay (« Nobody’s Favorite »), pour porter haut les couleurs de la team d’origine.
Les freestyles de Port of Miami 2 sont à l’image de l’empreinte que Rick Ross a imprimée sur le rap game au cours des années. Le bad boy assumé de « I’m Bad » va plus loin avec « Nobody’s Favorite ». Son « Where My Money (I Need That) » s’est transformé en « Rich N***a Lifestyle », et s’il prédisait sa très prochaine heure de gloire avec « It’s My Time », ici, dans Port of Miami 2, on le suit dans un futur pas si lointain au milieu de sa « Vegas Residency ».

Sur ce nouveau projet, Rick Ross invite aussi une pléiade d’artistes et parmi ses favoris, avec Swizz Beatz en featuring sur « BIG TYME » produit par Just Blaze, la révélation R&B Summer Walker (« Summer Reign »), son ancien ennemi Jeezy (« Born to Kill ») et le regretté Nipsey Hussle (« Rich N***a Lifestyle »). Tous célèbrent l’héritage de Rick Ross à travers des performances qui viennent souligner sa personnalité hors-norme. « À ce moment précis d’une carrière et vu l’état du rap en ce moment, beaucoup de gens assurent leur promo en faisant un peu n’importe quoi, sans se prendre au sérieux », explique Ross. « Mais quand on est à ma place, on ne peut pas faire ça. Il faut que je reste créatif et que je continue à faire du bon son. La production, les figures de style, les concepts, tu vois ? » En bref, tout ce qui l’a porté là où il est aujourd’hui."

TITRE DURÉE

Plus de titres par Rick Ross