20 Morceaux, 1 heure 19 minutes

NOTES DES ÉDITEURS

Analyser avec dérision nos interactions en société a toujours été central dans l’écriture de Sérigne M’Baye Gueye. Pour Pacifique, son onzième album, Disiz la Peste opère un changement de peau plus subtile et profond et n’hésite pas à fusionner le rap, l’électro, la pop ou encore le zouk pour créer un style unique. S’interrogeant sur son humanité dans une introspection intime, l’artiste dévoile ici un album décomplexé et jubilatoire. Une quête de sens portée par des producteurs venus de tous horizons, qu’il s’agisse du groove de Dabeull ou des mélodies imparables de Stromae.

NOTES DES ÉDITEURS

Analyser avec dérision nos interactions en société a toujours été central dans l’écriture de Sérigne M’Baye Gueye. Pour Pacifique, son onzième album, Disiz la Peste opère un changement de peau plus subtile et profond et n’hésite pas à fusionner le rap, l’électro, la pop ou encore le zouk pour créer un style unique. S’interrogeant sur son humanité dans une introspection intime, l’artiste dévoile ici un album décomplexé et jubilatoire. Une quête de sens portée par des producteurs venus de tous horizons, qu’il s’agisse du groove de Dabeull ou des mélodies imparables de Stromae.

TITRE DURÉE

Plus de titres par Disiz la Peste