8 Morceaux, 59 minutes

NOTES DES ÉDITEURS

Le jazzman new-yorkais succombe aux charmes de la cité phocéenne et lui livre un hommage épris de liberté. Du premier morceau instrumental à ses versions chantées, Ahmad Jamal évolue sur l’album comme il le ferait dans cette ville plurielle, entre mélodies langoureuses et déambulations rythmées et invite à une balade sonore entre terre et mer. Accompagné de percussions africaines polyrythmiques, du flow franc d’Abd al Malik ou de la voix caressante de Mina Agossi, il passe d’un jeu léger, presque discret, à des passages fauves et brille avec sa maîtrise sans pareille du piano.

NOTES DES ÉDITEURS

Le jazzman new-yorkais succombe aux charmes de la cité phocéenne et lui livre un hommage épris de liberté. Du premier morceau instrumental à ses versions chantées, Ahmad Jamal évolue sur l’album comme il le ferait dans cette ville plurielle, entre mélodies langoureuses et déambulations rythmées et invite à une balade sonore entre terre et mer. Accompagné de percussions africaines polyrythmiques, du flow franc d’Abd al Malik ou de la voix caressante de Mina Agossi, il passe d’un jeu léger, presque discret, à des passages fauves et brille avec sa maîtrise sans pareille du piano.

TITRE DURÉE

Plus de titres par Ahmad Jamal