20 Morceaux, 1 heure 17 minutes

NOTES DES ÉDITEURS

Des partis pris ambitieux, un brin d’autodérision et voilà que le rap de Disiz la Peste, direct, décomplexé, fait mouche. À sa sortie en 2000, le cynisme ravageur de son premier opus s’affranchit des codes maniérés de l’ancienne garde pour parler vrai, cru, sans jamais déraper pour autant. De l’album, on retient l’hilarant « Fuck Disiz », les tubesques « Ghetto sitcom », « C’est ça la France » et bien sûr l’incontournable « J’pète les plombs » qui marque son premier grand succès.

NOTES DES ÉDITEURS

Des partis pris ambitieux, un brin d’autodérision et voilà que le rap de Disiz la Peste, direct, décomplexé, fait mouche. À sa sortie en 2000, le cynisme ravageur de son premier opus s’affranchit des codes maniérés de l’ancienne garde pour parler vrai, cru, sans jamais déraper pour autant. De l’album, on retient l’hilarant « Fuck Disiz », les tubesques « Ghetto sitcom », « C’est ça la France » et bien sûr l’incontournable « J’pète les plombs » qui marque son premier grand succès.

TITRE DURÉE

Plus de titres par Disiz la Peste