10 Morceaux, 53 minutes

NOTES DES ÉDITEURS

Avec son album Nightmare, sorti en 2010, Avenged Sevenfold misait davantage sur la lourdeur de ses riffs que sur l’aspect trash métallique procuré par des riffs rapides. Le 6e album du groupe, Hail to the King, poursuit dans cette veine. De violents accès de colère à la guitare, une orchestration symphonique dramatique, des solos endiablés et une percussion tumultueuse témoignent de l’influence des icônes du rock des dernières décennies, soit Iron Maiden, Black Sabbath, Motörhead et Metallica (dans ses débuts). Des compositions dramatiques émouvantes comme « Shepherd of Fire », « Crimson Day » et « Hail to the King » encadrent la voix menaçante de M. Shadows de rythmes redoutables et de cuivres à la sonorité orchestrale. Parmi toute cette intensité sombre et ardente, le groupe nous offre, avec « St. James », un moment lumineux, en l’honneur du batteur Jimmy « The Rev » Sullivan, décédé en 2009.

NOTES DES ÉDITEURS

Avec son album Nightmare, sorti en 2010, Avenged Sevenfold misait davantage sur la lourdeur de ses riffs que sur l’aspect trash métallique procuré par des riffs rapides. Le 6e album du groupe, Hail to the King, poursuit dans cette veine. De violents accès de colère à la guitare, une orchestration symphonique dramatique, des solos endiablés et une percussion tumultueuse témoignent de l’influence des icônes du rock des dernières décennies, soit Iron Maiden, Black Sabbath, Motörhead et Metallica (dans ses débuts). Des compositions dramatiques émouvantes comme « Shepherd of Fire », « Crimson Day » et « Hail to the King » encadrent la voix menaçante de M. Shadows de rythmes redoutables et de cuivres à la sonorité orchestrale. Parmi toute cette intensité sombre et ardente, le groupe nous offre, avec « St. James », un moment lumineux, en l’honneur du batteur Jimmy « The Rev » Sullivan, décédé en 2009.

TITRE DURÉE

Plus de titres par Avenged Sevenfold

Vous aimerez peut-être aussi