10 Morceaux, 38 minutes

NOTES DES ÉDITEURS

C’est dans la brume d’une rupture amoureuse que George FitzGerald conquiert ses lettres de noblesse. Après des débuts très prometteurs, le DJ et producteur londonien, adepte des samples R&B qu’on lui connaissait à l’époque de Hotflush et Aus Music, revient sur le devant de la scène électro avec un nouveau label (Domino) et un premier album de caractère. Fading Love s’écoute comme une réponse directe aux blessures du cœur sur des mélodies résolument dance et synthpop rythmées par des chants lumineux (Oli Bayston et Lawrence Hart). Il aborde avec justesse et sans fausse note le thème difficile de la déception amoureuse.

NOTES DES ÉDITEURS

C’est dans la brume d’une rupture amoureuse que George FitzGerald conquiert ses lettres de noblesse. Après des débuts très prometteurs, le DJ et producteur londonien, adepte des samples R&B qu’on lui connaissait à l’époque de Hotflush et Aus Music, revient sur le devant de la scène électro avec un nouveau label (Domino) et un premier album de caractère. Fading Love s’écoute comme une réponse directe aux blessures du cœur sur des mélodies résolument dance et synthpop rythmées par des chants lumineux (Oli Bayston et Lawrence Hart). Il aborde avec justesse et sans fausse note le thème difficile de la déception amoureuse.

TITRE DURÉE

Plus de titres par George FitzGerald

Vous aimerez peut-être aussi