17 Morceaux, 51 minutes

NOTES DES ÉDITEURS

"En 2010, quand Justin Bieber sort son premier album, My World 2.0, c’est encore un YouTuber un peu timide de 16 ans, un enfant star qui fascine le public avec sa mèche sur le côté. Que de chemin parcouru en dix ans ! « C’est vrai que j’ai grandi sous les yeux du monde entier », explique-t-il à Apple Music, ce qui frise l’euphémisme étant donné qu’il a lui-même largement contribué à le façonner, ce monde, en brouillant les frontières, en mêlant les genres et les langues bien avant que cela devienne une pratique répandue dans la pop actuelle. Au début de l’année 2019, il connaît un passage à vide et met sa carrière musicale en pause pour, dit-il, travailler sur des « problèmes de fond » et se consacrer davantage à sa nouvelle épouse, Hailey Baldwin. Changes, son cinquième album est une collection de titres en forme de confession dans laquelle il rend hommage à sa femme comme à sa foi, expliquant au passage comment les deux l’ont aidé à aller mieux.

Avec cet album, Justin ne se contente pas de tourner la page sur son personnage de playboy rebelle ou de monstre sacré de la pop, il inaugure également le début d’une vie rangée et raisonnable. « Never thought I could ever be loyal to someone other than myself » [Je n’aurais jamais cru pouvoir être fidèle à quelqu’un d’autre que moi-même] chante-t-il dans le titre d’ouverture, « All Around Me », une promesse d’engagement et de réconfort pleine de lucidité, sur fond de cordes délicates (que l’on doit, comme la majeure partie de l’album, à son producteur et collaborateur de longue date, Jason "Poo Bear" Boyd). Sur la ballade au piano « Confirmation », il invite à prendre son temps et à être présent : « So quick to move forward, no pressure/And we got the rest, got the rest, got the rest of our lives » [On va tellement vite, sans pression / Et on a encore le reste, on a le reste, le reste de nos vies à vivre]. Et malgré quelques clins d’œil au R&B satiné de ses débuts (le sensuel « Yummy » ou le séducteur « Intentions », avec Quavo), l’album est largement acoustique, romantique et chargé de spiritualité.
Il lui a fallu beaucoup de courage pour retrouver confiance et discernement. « J’avais très peur », confie-t-il. « De quoi je vais bien pouvoir parler maintenant ? Qu’est-ce que les gens vont en penser ? » Son apparition sur la scène du festival de Coachella 2019 comme invité surprise d’Ariana Grande a représenté pour lui un moment déterminant. « Quand j’ai vu la réaction des gens pendant que j’étais sur scène, ça m’a redonné confiance d’un coup et je me suis dit : “C’est ma vocation. Je suis bon là-dedans. J’ai pas besoin de fuir tout ça.” J’essayais de m’échapper. Mais quand on affronte un moment difficile, j’ai l’impression qu’il faudrait presque aller chercher la souffrance, aller chercher la douleur plutôt qu’essayer de la fuir. C’est là, je pense, qu’on commence à guérir. »"

Masterisé pour Apple

NOTES DES ÉDITEURS

"En 2010, quand Justin Bieber sort son premier album, My World 2.0, c’est encore un YouTuber un peu timide de 16 ans, un enfant star qui fascine le public avec sa mèche sur le côté. Que de chemin parcouru en dix ans ! « C’est vrai que j’ai grandi sous les yeux du monde entier », explique-t-il à Apple Music, ce qui frise l’euphémisme étant donné qu’il a lui-même largement contribué à le façonner, ce monde, en brouillant les frontières, en mêlant les genres et les langues bien avant que cela devienne une pratique répandue dans la pop actuelle. Au début de l’année 2019, il connaît un passage à vide et met sa carrière musicale en pause pour, dit-il, travailler sur des « problèmes de fond » et se consacrer davantage à sa nouvelle épouse, Hailey Baldwin. Changes, son cinquième album est une collection de titres en forme de confession dans laquelle il rend hommage à sa femme comme à sa foi, expliquant au passage comment les deux l’ont aidé à aller mieux.

Avec cet album, Justin ne se contente pas de tourner la page sur son personnage de playboy rebelle ou de monstre sacré de la pop, il inaugure également le début d’une vie rangée et raisonnable. « Never thought I could ever be loyal to someone other than myself » [Je n’aurais jamais cru pouvoir être fidèle à quelqu’un d’autre que moi-même] chante-t-il dans le titre d’ouverture, « All Around Me », une promesse d’engagement et de réconfort pleine de lucidité, sur fond de cordes délicates (que l’on doit, comme la majeure partie de l’album, à son producteur et collaborateur de longue date, Jason "Poo Bear" Boyd). Sur la ballade au piano « Confirmation », il invite à prendre son temps et à être présent : « So quick to move forward, no pressure/And we got the rest, got the rest, got the rest of our lives » [On va tellement vite, sans pression / Et on a encore le reste, on a le reste, le reste de nos vies à vivre]. Et malgré quelques clins d’œil au R&B satiné de ses débuts (le sensuel « Yummy » ou le séducteur « Intentions », avec Quavo), l’album est largement acoustique, romantique et chargé de spiritualité.
Il lui a fallu beaucoup de courage pour retrouver confiance et discernement. « J’avais très peur », confie-t-il. « De quoi je vais bien pouvoir parler maintenant ? Qu’est-ce que les gens vont en penser ? » Son apparition sur la scène du festival de Coachella 2019 comme invité surprise d’Ariana Grande a représenté pour lui un moment déterminant. « Quand j’ai vu la réaction des gens pendant que j’étais sur scène, ça m’a redonné confiance d’un coup et je me suis dit : “C’est ma vocation. Je suis bon là-dedans. J’ai pas besoin de fuir tout ça.” J’essayais de m’échapper. Mais quand on affronte un moment difficile, j’ai l’impression qu’il faudrait presque aller chercher la souffrance, aller chercher la douleur plutôt qu’essayer de la fuir. C’est là, je pense, qu’on commence à guérir. »"

Masterisé pour iTunes
TITRE DURÉE

Notes et avis

4.4 sur 5
104 notes

104 notes

ThaLilFrenchie ,

Bon

Le démarrage est un peu dur avec Yummy. Get Me? Remonte le niveau un peu mais après Intentions (qui est de LOIN la meilleure pour le moment) ca annonce un truc pas trop trop nul meme si Intentions fait un peu penser a un God’s Plan de Drake dans le clip et le délire. Néanmoins le rythme est bon donc on va voir la suite

ohNxqz ,

jamais déçu de cet homme exceptionnel

incroyable, exceptionnel, bat tous les records, point faible : trop fort

itselisav ,

R&Bieber

Bieber is back, be ready

Plus de titres par Justin Bieber