19 Morceaux, 1 heure 8 minutes

NOTES DES ÉDITEURS

L’argent qui coule à flots, le sexe, la drogue, la violence... Les thèmes récurrents d’un rap flambeur, luxurieux sont tous de la partie dans le premier album du Montpelliérain. Un verbe certes châtié, mais une maîtrise totale du flow, de la diction et du propos confèrent à Jokeezy le statut de poète obscène par excellence. En plus d’être beau parleur, il insuffle à son opus un vrai sens du groove (« Casino ») et nous réserve quelques coups de maître à la production impeccable (« Ateyaba », « Anubis »).

NOTES DES ÉDITEURS

L’argent qui coule à flots, le sexe, la drogue, la violence... Les thèmes récurrents d’un rap flambeur, luxurieux sont tous de la partie dans le premier album du Montpelliérain. Un verbe certes châtié, mais une maîtrise totale du flow, de la diction et du propos confèrent à Jokeezy le statut de poète obscène par excellence. En plus d’être beau parleur, il insuffle à son opus un vrai sens du groove (« Casino ») et nous réserve quelques coups de maître à la production impeccable (« Ateyaba », « Anubis »).

TITRE DURÉE

Plus de titres par Joke