13 Morceaux, 58 minutes

NOTES DES ÉDITEURS

Repéré en 2012 des souterrains du métropolitain parisien, Benjamin Clementine flamboie désormais au sommet de son immense talent. Un talent dont l’artiste a su canaliser toute la quintessence en un album, son premier. At Least for Now est une perle rare à la force délicate. Benjamin Clementine s’y livre tout entier dans un piano-voix bouleversant. Entre pop, soul et quelques touches de classique, l’artiste louvoie avec une facilité déconcertante entre un parlé-chanté (« Winston Churchill’s Boy ») pareil à des incantations et des envolées lyriques d’une rare puissance (« Adios »), tout aussi capable d’aller caresser les étoiles que de plonger dans les profondeurs les plus graves.

NOTES DES ÉDITEURS

Repéré en 2012 des souterrains du métropolitain parisien, Benjamin Clementine flamboie désormais au sommet de son immense talent. Un talent dont l’artiste a su canaliser toute la quintessence en un album, son premier. At Least for Now est une perle rare à la force délicate. Benjamin Clementine s’y livre tout entier dans un piano-voix bouleversant. Entre pop, soul et quelques touches de classique, l’artiste louvoie avec une facilité déconcertante entre un parlé-chanté (« Winston Churchill’s Boy ») pareil à des incantations et des envolées lyriques d’une rare puissance (« Adios »), tout aussi capable d’aller caresser les étoiles que de plonger dans les profondeurs les plus graves.

TITRE DURÉE

Plus de titres par Benjamin Clementine