12 Morceaux, 42 minutes

NOTES DES ÉDITEURS

L’année 2009 a été productive pour Stephen Wilkinson, alias Bibio : quelques mois après avoir lancé Vignetting the Compost, il récidive avec Ambivalence Avenue. Souvent nimbée d’une aura mélancolique, son électro teintée d’indie pop aborde différents territoires musicaux. Après les flûtes psychédéliques inspirées des années 70 de la chanson éponyme de l’album, on découvre une soul funk empreinte de guitare wah wah sur « Jealous of Roses ». Le hip-hop, le jazz, le folk et le post-rock sont aussi de la partie, de même que les bruits ambiants et les couches habilement superposées. Un opus riche et stimulant.

NOTES DES ÉDITEURS

L’année 2009 a été productive pour Stephen Wilkinson, alias Bibio : quelques mois après avoir lancé Vignetting the Compost, il récidive avec Ambivalence Avenue. Souvent nimbée d’une aura mélancolique, son électro teintée d’indie pop aborde différents territoires musicaux. Après les flûtes psychédéliques inspirées des années 70 de la chanson éponyme de l’album, on découvre une soul funk empreinte de guitare wah wah sur « Jealous of Roses ». Le hip-hop, le jazz, le folk et le post-rock sont aussi de la partie, de même que les bruits ambiants et les couches habilement superposées. Un opus riche et stimulant.

TITRE DURÉE

Plus de titres par Bibio

Vous aimerez peut-être aussi