13 Morceaux, 48 minutes

NOTES DES ÉDITEURS

Le nouvel album de Kasabian, 48:13, traverse avec assurance des paysages rock colorés. Avec des morceaux tour à tour percutants (« stevie », « bumblebeee »), entraînants (« treat », « eez-eh ») et psychédéliques (« glass »), le 5e album du groupe rock originaire de Leicester (Angleterre) fait la part belle aux instrumentations complexes. Au détour d’une production soignée et d’une explosivité de tous les instants, 48:13 (qui s’avère être la durée de l’album) est une épopée rock renversante.

Masterisé pour Apple

NOTES DES ÉDITEURS

Le nouvel album de Kasabian, 48:13, traverse avec assurance des paysages rock colorés. Avec des morceaux tour à tour percutants (« stevie », « bumblebeee »), entraînants (« treat », « eez-eh ») et psychédéliques (« glass »), le 5e album du groupe rock originaire de Leicester (Angleterre) fait la part belle aux instrumentations complexes. Au détour d’une production soignée et d’une explosivité de tous les instants, 48:13 (qui s’avère être la durée de l’album) est une épopée rock renversante.

Masterisé pour iTunes
TITRE DURÉE

Notes et avis

4.1 sur 5
45 notes

45 notes

Elo ,

Du lourd !

Un bon album voir même un très bon album. Pour voir ce que ça donne en live je conseille leur concert à Glastonbury. Enorme ! Vivement novembre :-)

Chris 2010 ,

I ❤️Kasabian

Très très bon album, ne changé rien les gars. Je les ai vu en live, c'´est une tuerie. Kasabian est un grand groupe qui n'a pas le succès qu'il mérite en France.

psychoalpha ,

Le tojours difficile album de l'immaturité...

Kasabian… En fait, j’ignore pourquoi je me suis intéressé à ces deux gugusses… Une interview lu ici ou là, sans doute. Cet album fait du bien. Peut être est-il grotesquement commercial, et puis quoi… Cet album est peut être conçu pour plaire, et il me plait… C’est déjà ça. L’objectif est atteint. Il se dégage de cet album une bonne énergie, une envie de rire et de sauter dans tous les sens. Peut être veulent-il conquérir le monde et remplir des stades gigantesques. Peut être. Mais si c’est avec cet album, je veux bien. Quand Coldplay nous offre un spleen post-rupture et que U2… que U2 nous offre son album, bon… Kasabian fait la fête et nous invite à leur table, qu’on imagine chargée en breuvages alcoolisés… Aussi prétentieux que pouvait être Oasis, aussi joyeux que les Happy Mondays, aussi britannique qu’il décemment possible de l’être, voilà 48’ et 13’’ de Kasabian. J’aime bien.

Plus de titres par Kasabian

Vous aimerez peut-être aussi