8 Morceaux, 36 minutes

NOTES DES ÉDITEURS

La chanson titre, qui retentit au début de ce court album, donne le ton sombre de l’album : l’artiste y aborde des thèmes difficiles, comme la violence, la solitude et l’amour déçu. Son habituel penchant pour les rythmes latins fait place à une ambiance plus rock, ancrée dans les sonorités des années 80. Une œuvre beaucoup plus sombre, mais à la superbe poésie, surtout quand arrivent l’accordéon, sur « Q.H.S. », ou la voix de Nicoletta, sur « Idées noires ».

NOTES DES ÉDITEURS

La chanson titre, qui retentit au début de ce court album, donne le ton sombre de l’album : l’artiste y aborde des thèmes difficiles, comme la violence, la solitude et l’amour déçu. Son habituel penchant pour les rythmes latins fait place à une ambiance plus rock, ancrée dans les sonorités des années 80. Une œuvre beaucoup plus sombre, mais à la superbe poésie, surtout quand arrivent l’accordéon, sur « Q.H.S. », ou la voix de Nicoletta, sur « Idées noires ».

TITRE DURÉE

Plus de titres par Bernard Lavilliers