Les Cowboys Fringants

Les Cowboys Fringants

Albums indispensables

  • Break syndical

Listes de lecture de l’artiste

À propos de : Les Cowboys Fringants

Quand, en 1995, le chanteur Karl Tremblay et le guitariste Jean-François Pauzé jouent ensemble pour la première fois dans le sous-sol des parents de ce dernier, ils ignorent l’importance de leur rencontre. Dix ans plus tard, Les Cowboys Fringants auront livré plusieurs albums studio, remporté sept Félix, rempli le Centre Bell, conquis un improbable public français et changé le visage de la musique québécoise. Et ce ne sera qu’un début.
Le point de bascule survient en 2002. Après trois albums autoproduits, traînant un auditoire qui transforme leurs concerts en fêtes délirantes, le groupe de Repentigny (que complètent alors Marie-Annick Lépine, Jérôme Dupras et Dominique Lebeau) lance Break syndical. Ses pièces vont constituer l’ADN des Cowboys et les hisser aux côtés des légendes de la musique québécoise.
« En berne » dénonce la morosité politique, « La manifestation » y répond avec une vibrante ironie, « À’ polyvalente » suinte de nostalgie, « Salut mon Ron » exalte avec humour les clichés de la québécitude, tandis que « Mon chum Rémi » s’avère une ballade aussi poignante qu’indémodable. On dirait Beau Dommage qui aurait intégré l’insolence de Mononc’ Serge et de Me Mom and Morgentaler.
Les ondes radiophoniques et les grandes salles leur ouvrent leurs portes : les Cowboys ont trouvé la combinaison du cœur des Québécois en leur racontant leurs grandes histoires et leurs petits malheurs tout en les faisant danser. Presque 20 ans, une poignée d’albums et des dizaines de succès populaires (dont « Les étoiles filantes ») plus tard, le triomphe de « L’Amérique pleure » en 2019 confirme leur talent unique à faire se rencontrer le grandiose et le banal, la poésie et la misère, l’intime et l’universel.

VILLE DE NAISSANCE
Repentigny, Quebec, Canada