4 Chansons, 14 minutes

NOTES DES ÉDITEURS

Envelopper des textes personnels et amers dans une douce électropop, Ariane Zita sait le faire. Et bien, à part ça. Portées par sa voix où perce la fragilité, ces quatre chansons traitent de peines de cœur, de douleur de vivre, de plaies à panser, mais aussi de résilience et d’empathie. Si, sur « L’île Dorval », le piano occupe l’avant-plan, il se mêle généralement à de délicats motifs électro. Un solo de guitare vient même éperonner la pièce-titre. Forte de ce nouveau minialbum, la multi-instrumentiste charme avec une pop honnête.

NOTES DES ÉDITEURS

Envelopper des textes personnels et amers dans une douce électropop, Ariane Zita sait le faire. Et bien, à part ça. Portées par sa voix où perce la fragilité, ces quatre chansons traitent de peines de cœur, de douleur de vivre, de plaies à panser, mais aussi de résilience et d’empathie. Si, sur « L’île Dorval », le piano occupe l’avant-plan, il se mêle généralement à de délicats motifs électro. Un solo de guitare vient même éperonner la pièce-titre. Forte de ce nouveau minialbum, la multi-instrumentiste charme avec une pop honnête.

TITRE DURÉE

Plus de titres par Ariane Zita