Notre avis Ce sixième album studio de la chanteuse, autrice et compositrice Florence K marque un important tournant dans sa vie. « Il y a eu un moment où je n’avais plus envie de faire de la musique et où j’ai pensé tout arrêter », confie-t-elle à Apple Music, en évoquant le fait qu’il est devenu plus difficile pour les artistes de vendre des albums.

En parallèle à un retour aux études en vue de se réorienter vers le domaine de la santé mentale, elle a tout de même décidé de se lancer à nouveau. « Je l’ai fait par pur plaisir, en ne me mettant pas de pression pour atteindre des objectifs de vente. Et donc, je me suis réconciliée avec la musique. Je retrouve la même passion qu’il y a 20 ans lorsqu’adolescente, la musique était mon exutoire.

Cet état d’esprit a donné lieu à la création de neuf chansons où les rythmes latins et la bossa-nova, qu’elle affectionne depuis toujours, se juxtaposent en douceur à de nouvelles sonorités électroniques. L’artiste montréalaise nous présente une à une les pièces de ce premier album entièrement en français.

Valentine
« Depuis quelques années, je suis très préoccupée par le côté sombre de l’industrie de la mode : ses mauvaises conditions de travail et les dommages qu’elle cause à l’environnement. Je raconte donc l’histoire de Valentine, une jeune fille qui n’a pas conscience de tout ça, qui aime la mode et veut attirer le regard des autres. Musicalement, je me suis laissé inspirer par la douceur de groupes comme Zero 7. »

Le talent n’existe pas
« Écrite par Moran et Daran, cette chanson a quelque chose d’envoûtant, un peu à la manière d’un mantra. Elle aborde un aspect de la création qui me tient beaucoup à cœur : on encense souvent le talent chez un artiste, sans réaliser que la réussite repose aussi sur le courage, le hasard, le travail et tant de choses encore. »

Ce n’est que ma tête
« À partir d’une musique que mon mari a composée, j’ai écrit les paroles deux ans plus tard. C’est en quelque sorte une lettre que je lui adresse pour le remercier du soutien qu’il m’a toujours apporté. Je sais que je peux compter sur lui quand je traverse des périodes dépressives ou d’hypomanie liées à ma bipolarité. Mais je me demande aussi si je vais toujours pouvoir compter sur lui. »

Pas grand-chose pour être heureux (feat. David Goudreault)
« J’avais en tête l’idée d’un personnage, un homme à qui tout réussit, qui croit que le bonheur réside dans le succès. Mais un jour, tout s’écroule et il perd tout. Cette chanson traite en fait de la santé mentale au masculin. David Goudreault est passé en studio pour écouter les pièces sur lesquelles il avait travaillé et je lui ai proposé de rapper sur celle-ci. Il a griffonné un texte sur une serviette de table et, une heure plus tard, le morceau était terminé! »

Tranquille
« Avec sa touche latine très apaisante, cette pièce explore la notion de tranquillité à travers le voyage qui, pour moi, est un concept qui ne nécessite pas d’aller à l’autre bout du monde. Voyager, ça peut être simplement de s’ouvrir à quelqu’un, et de laisser l’autre s’ouvrir à nous. Sortir de notre vie à travers les rencontres. »

Minuit moins toi
« C’est une chanson écrite par David Goudreault qui parle de l’attente amoureuse, dans ce qu’elle a de plus sain et de plus beau, et qui amène de la légèreté à l’album. Elle s’inspire de mon histoire avec mon mari qui vit à Toronto, alors que moi je suis à Montréal. Encore une fois, j’avais envie de donner à cette pièce un petit côté latin que mon public reconnaîtra bien. »

Le jour suffit
« Quand je commence un nouveau projet, je ressors toujours les ébauches de mélodies et de textes que j’ai conservées au fil du temps. Je suis tombée sur la musique de cette pièce que j’ai composée dans un avion il y a huit ans. Quand je l’ai proposée à Moran, il a tout de suite eu un coup de cœur et a écrit des paroles qui traitent de la dépendance sous toutes ses formes. »

Château de verre
« J’aime l’idée que les relations sont des châteaux de verre qu’on construit avec les autres. C’est beau, mais ça demeure très fragile. En écrivant les paroles de ce morceau aux airs de bossa-nova, je me remémorais une amitié qui a pris fin. J’y dis que dans cette histoire, personne n’a tort, que nous sommes toutes les deux de bonnes personnes, même si les liens se sont rompus. »

Paparfait
« Ce que je voulais dire dans cette chanson était tellement intime que je n’arrivais pas à trouver les bons mots, et c’est David Goudreault qui a réussi à le faire. C’est un message que j’adresse à ma fille à propos de son père qui est parti alors qu’elle était toute petite. À la fin, la montée d’intensité symbolise l’étendue des possibilités : qu’elle renoue ou non avec lui, moi je serai toujours là. »

CHANSON
Valentine
1
4:33
 
Le talent n'existe pas
2
2:49
 
Ce n'est que ma tête
3
4:23
 
Pas grand-chose pour être heureux (feat. David Goudreault)
4
3:41
 
Tranquille
5
3:16
 
Minuit moins toi
6
3:48
 
Le jour suffit
7
3:43
 
Château de verre
8
3:12
 
Paparfait
9
5:00
 

Plus de : Florence K.

En vedette sur