11 Chansons, 30 minutes

NOTES DES ÉDITEURS

Au cours de ses trois premiers albums, Alex Nevsky s’est plutôt penché vers l’écriture de ballades intimes et de succès pop rock accrocheurs. L’artiste québécois demeurait cependant difficile à cerner. « Je crois que j’ai plusieurs personnalités, raconte-t-il à Apple Music. J’ai grandi en écoutant que du rap. J’ai ensuite commencé à jouer de la musique avec une guitare classique, puis j’ai changé pour le piano. Je veux essayer autant de choses que possible dans la vie. » On le constate sur son quatrième album, Chemin Sauvage, où Nevsky expérimente avec le funk, le soul et le rap, sans toutefois perdre l’honnêteté dans laquelle sa musique a toujours été ancrée. « Je ne voulais pas simplement refaire le même album qu’avant, dit-il. Je voulais faire un album presque entièrement enjoué. » Une équipe de collaborateurs variés l’a aidé à repousser ses limites, mais rien n’allait autant le déstabiliser que de devenir père. « Dans les premiers mois suivant la naissance de ma fille, j’avais vraiment peur de devenir un vieux bonhomme rapidement, dit-il. C’est tout un changement de vie. » Embarquez avec Nevsky, qui fait le tour de son Chemin sauvage, chanson par chanson.

L.A. à l’aube
« C’est la première chanson écrite pour l’album. On était au chalet avec Étienne Dupuis-Cloutier, qui a coproduit les chansons, et Jonathan Harnois, un auteur-compositeur. C’est la première chanson où je sortais de ma zone de confort au niveau des textes. Je voulais parler d’un road trip entre deux ados. La pièce commence en disant : « Comme ici c’est de la merde, allons vite à la mer. » Au départ, j’essayais de lui donner un esprit rap ou contemporain avec du beatbox et des synthés, mais finalement, on a tout laissé de côté pour ne garder que le piano, les cordes et les tambours. Elle est maintenant plus intemporelle. »

Mes yeux
« J’ai fait ça avec Gabriel Gagnon et Laurence Lafond-Beaulne de Milk & Bone, et Jonathan Harnois était là aussi. C’était au même chalet, le lendemain à l’aube. La chanson a été composée en une heure environ, et on a créé les mélodies super rapidement. Ça parle d’une soirée passée dans un festival de musique entre trois personnes qui font le party. Il y avait beaucoup d’amour et de liberté dans l’air. On voulait refléter cet état d’esprit. »

Chemin sauvage feat. Claudia Bouvette
« Cette chanson a eu quatre ou cinq vies et a vraiment évolué. J’ai créé quatre mélodies et textes différents, mais elle n’était pas à point, jusqu’au moment où j’ai invité Claudia Bouvette à la session d’enregistrement. Elle a chanté un deuxième refrain qui était tellement bon, que j’ai laissé tomber ma mélodie et j’ai pris la sienne pour modifier mon couplet, avec un nouveau texte. Je pense que la chanson a pris un peu de sa personnalité avec ce genre de beat qui joue partout en Amérique du Sud, et auquel on a ajouté de la trompette. C’est allé quelque part où je n’osais pas m’aventurer, et je me suis dit : “Pourquoi ne pas y aller à 100 % avec celle-là?” »

Les buées
« Quand ma blonde était enceinte, on a passé tout notre temps dans la douche à écrire des noms pour notre fille ou garçon dans la buée sur la vitre. On a écrit au moins 100 noms à chaque nuit. Ça m’a donné l’idée pour une chanson d’amour qui dit : “J’écris ton nom dans toutes les buées.” Musicalement, c’est assez simple, avec un petit riff que j’ai trouvé à la guitare, peut-être après avoir écouté “Love Yourself”, cette chanson que Justin Bieber a écrite avec Ed Sheeran. »

On dérobera
« C’est une chanson que j’ai écrite lors d’un atelier d’écriture avec Gilles Vigneault. On devait écrire un poème et la musique, puis le chanter à la fin de la semaine. J’ai été inspiré par une des images qu’il nous avait données dans son cours avancé. Il parlait de la poésie comme d’un voilier, ce qui m’a donné l’idée pour une chanson parlant de s’enfuir ensemble : “On dérobera la coque et les voiles, et on partira.” C’est vraiment un hymne à la lenteur; savourer le moment présent et prendre le temps de regarder les feuilles rougir à l’automne. »

Wild Walk
« C’est un petit interlude qu’on a fait. Au début, cette mélodie “Love is a wild wild walk” était à la fin de “Chemin sauvage”, mais on l’a coupée pour en faire un interlude plus tard dans l’album. Je trouve ça très rêveur. »

Penser (feat. Sophia Bel)
« Cette chanson est née après avoir mis les autres de côté. Elle a été écrite avec Clément Leduc du groupe Hologramme. Je me suis dit que ce serait chouette d’avoir un refrain en anglais. J’ai pensé à Sophia Bel, alors je l’ai textée, elle est arrivée une heure plus tard et on a composé le refrain. L’idée était de raconter un truc que je ne vis pas du tout : être attiré par quelqu’un dans un bar, mais être trop timide pour aller lui parler. Je voulais faire une chanson comme “Always On Time” de Ja Rule et Ashanti, au début des années 2000. »

Oh non maman (feat. Benny Adam)
« J’ai écrit cette chanson sur mon iPad, deux jours avant la naissance de ma fille. Ça faisait déjà huit jours qu’elle était censée être née. C’était long. J’ai ressenti une sorte de peur de vieillir quand j’ai réalisé que ma vie entière allait changer : “Oh non, je ne serai jamais vieux. I’ll be a kid forever.” »

LOTO (feat. Alaclair Ensemble)
« L’année passée, j’ai écrit un petit refrain quand j’étais au chalet : “Comme à la, comme à la loto”. Depuis, je rêvais de faire une chanson avec Alaclair Ensemble. La pièce était plus soul au début, mais à la fin, les gars d’Alaclair voulaient faire quelque chose qui se rapprochait plus de leur style. Claude Bégin l’a modifiée en y ajoutant un rythme percutant. Je ne voulais pas me sentir comme un imposteur en train de rapper, mais je trouvais ça naturel parce que le refrain s'y prête bien. C’était cool de faire un pont entre la musique que j’écoute et celle que je crée. »

Courir à deux
« Cette chanson a connu plusieurs versions. Je l’avais mise de côté un moment, mais j’ai finalement demandé à Eman d’Alaclair Ensemble d’y ajouter sa touche. Il m’a envoyé quelque chose que j’aimais beaucoup, ce qui a donné une nouvelle vie à la chanson. Le thème est le même que celui de “Chemin sauvage” : on parle d’un couple qui est ensemble depuis un moment et qui s’efforce de le rester malgré tout le bruit autour d'eux. C’est une peur que j’ai, que la vie devienne vraiment plate et qu’on devienne comme tous les autres couples. »

 Tout
« On a composé cette chanson avec Alex McMahon en un après-midi. C’est la chanson qui ressemble le plus à mes autres albums. Elle ne passe pas par quatre chemins. À la base, j’avais juste des sons plutôt que des mots pour le refrain, mais j’aimais cette approche, donc je l’ai gardée. Cette chanson est presque une parodie de moi-même, elle est trop cool à jouer devant un public. »

NOTES DES ÉDITEURS

Au cours de ses trois premiers albums, Alex Nevsky s’est plutôt penché vers l’écriture de ballades intimes et de succès pop rock accrocheurs. L’artiste québécois demeurait cependant difficile à cerner. « Je crois que j’ai plusieurs personnalités, raconte-t-il à Apple Music. J’ai grandi en écoutant que du rap. J’ai ensuite commencé à jouer de la musique avec une guitare classique, puis j’ai changé pour le piano. Je veux essayer autant de choses que possible dans la vie. » On le constate sur son quatrième album, Chemin Sauvage, où Nevsky expérimente avec le funk, le soul et le rap, sans toutefois perdre l’honnêteté dans laquelle sa musique a toujours été ancrée. « Je ne voulais pas simplement refaire le même album qu’avant, dit-il. Je voulais faire un album presque entièrement enjoué. » Une équipe de collaborateurs variés l’a aidé à repousser ses limites, mais rien n’allait autant le déstabiliser que de devenir père. « Dans les premiers mois suivant la naissance de ma fille, j’avais vraiment peur de devenir un vieux bonhomme rapidement, dit-il. C’est tout un changement de vie. » Embarquez avec Nevsky, qui fait le tour de son Chemin sauvage, chanson par chanson.

L.A. à l’aube
« C’est la première chanson écrite pour l’album. On était au chalet avec Étienne Dupuis-Cloutier, qui a coproduit les chansons, et Jonathan Harnois, un auteur-compositeur. C’est la première chanson où je sortais de ma zone de confort au niveau des textes. Je voulais parler d’un road trip entre deux ados. La pièce commence en disant : « Comme ici c’est de la merde, allons vite à la mer. » Au départ, j’essayais de lui donner un esprit rap ou contemporain avec du beatbox et des synthés, mais finalement, on a tout laissé de côté pour ne garder que le piano, les cordes et les tambours. Elle est maintenant plus intemporelle. »

Mes yeux
« J’ai fait ça avec Gabriel Gagnon et Laurence Lafond-Beaulne de Milk & Bone, et Jonathan Harnois était là aussi. C’était au même chalet, le lendemain à l’aube. La chanson a été composée en une heure environ, et on a créé les mélodies super rapidement. Ça parle d’une soirée passée dans un festival de musique entre trois personnes qui font le party. Il y avait beaucoup d’amour et de liberté dans l’air. On voulait refléter cet état d’esprit. »

Chemin sauvage feat. Claudia Bouvette
« Cette chanson a eu quatre ou cinq vies et a vraiment évolué. J’ai créé quatre mélodies et textes différents, mais elle n’était pas à point, jusqu’au moment où j’ai invité Claudia Bouvette à la session d’enregistrement. Elle a chanté un deuxième refrain qui était tellement bon, que j’ai laissé tomber ma mélodie et j’ai pris la sienne pour modifier mon couplet, avec un nouveau texte. Je pense que la chanson a pris un peu de sa personnalité avec ce genre de beat qui joue partout en Amérique du Sud, et auquel on a ajouté de la trompette. C’est allé quelque part où je n’osais pas m’aventurer, et je me suis dit : “Pourquoi ne pas y aller à 100 % avec celle-là?” »

Les buées
« Quand ma blonde était enceinte, on a passé tout notre temps dans la douche à écrire des noms pour notre fille ou garçon dans la buée sur la vitre. On a écrit au moins 100 noms à chaque nuit. Ça m’a donné l’idée pour une chanson d’amour qui dit : “J’écris ton nom dans toutes les buées.” Musicalement, c’est assez simple, avec un petit riff que j’ai trouvé à la guitare, peut-être après avoir écouté “Love Yourself”, cette chanson que Justin Bieber a écrite avec Ed Sheeran. »

On dérobera
« C’est une chanson que j’ai écrite lors d’un atelier d’écriture avec Gilles Vigneault. On devait écrire un poème et la musique, puis le chanter à la fin de la semaine. J’ai été inspiré par une des images qu’il nous avait données dans son cours avancé. Il parlait de la poésie comme d’un voilier, ce qui m’a donné l’idée pour une chanson parlant de s’enfuir ensemble : “On dérobera la coque et les voiles, et on partira.” C’est vraiment un hymne à la lenteur; savourer le moment présent et prendre le temps de regarder les feuilles rougir à l’automne. »

Wild Walk
« C’est un petit interlude qu’on a fait. Au début, cette mélodie “Love is a wild wild walk” était à la fin de “Chemin sauvage”, mais on l’a coupée pour en faire un interlude plus tard dans l’album. Je trouve ça très rêveur. »

Penser (feat. Sophia Bel)
« Cette chanson est née après avoir mis les autres de côté. Elle a été écrite avec Clément Leduc du groupe Hologramme. Je me suis dit que ce serait chouette d’avoir un refrain en anglais. J’ai pensé à Sophia Bel, alors je l’ai textée, elle est arrivée une heure plus tard et on a composé le refrain. L’idée était de raconter un truc que je ne vis pas du tout : être attiré par quelqu’un dans un bar, mais être trop timide pour aller lui parler. Je voulais faire une chanson comme “Always On Time” de Ja Rule et Ashanti, au début des années 2000. »

Oh non maman (feat. Benny Adam)
« J’ai écrit cette chanson sur mon iPad, deux jours avant la naissance de ma fille. Ça faisait déjà huit jours qu’elle était censée être née. C’était long. J’ai ressenti une sorte de peur de vieillir quand j’ai réalisé que ma vie entière allait changer : “Oh non, je ne serai jamais vieux. I’ll be a kid forever.” »

LOTO (feat. Alaclair Ensemble)
« L’année passée, j’ai écrit un petit refrain quand j’étais au chalet : “Comme à la, comme à la loto”. Depuis, je rêvais de faire une chanson avec Alaclair Ensemble. La pièce était plus soul au début, mais à la fin, les gars d’Alaclair voulaient faire quelque chose qui se rapprochait plus de leur style. Claude Bégin l’a modifiée en y ajoutant un rythme percutant. Je ne voulais pas me sentir comme un imposteur en train de rapper, mais je trouvais ça naturel parce que le refrain s'y prête bien. C’était cool de faire un pont entre la musique que j’écoute et celle que je crée. »

Courir à deux
« Cette chanson a connu plusieurs versions. Je l’avais mise de côté un moment, mais j’ai finalement demandé à Eman d’Alaclair Ensemble d’y ajouter sa touche. Il m’a envoyé quelque chose que j’aimais beaucoup, ce qui a donné une nouvelle vie à la chanson. Le thème est le même que celui de “Chemin sauvage” : on parle d’un couple qui est ensemble depuis un moment et qui s’efforce de le rester malgré tout le bruit autour d'eux. C’est une peur que j’ai, que la vie devienne vraiment plate et qu’on devienne comme tous les autres couples. »

 Tout
« On a composé cette chanson avec Alex McMahon en un après-midi. C’est la chanson qui ressemble le plus à mes autres albums. Elle ne passe pas par quatre chemins. À la base, j’avais juste des sons plutôt que des mots pour le refrain, mais j’aimais cette approche, donc je l’ai gardée. Cette chanson est presque une parodie de moi-même, elle est trop cool à jouer devant un public. »

TITRE DURÉE

Plus de titres par Alex Nevsky