10 Chansons, 31 minutes

NOTES DES ÉDITEURS

Le cœur ouvert et la guitare à la main, Jonathan Painchaud invoque avec audace Bob Dylan, Bruce Springsteen et Van Morrison dans la douce chanson d’amour « La tête haute », un hommage à la femme parfaite. Avec Montréal comme muse, ses langoureuses méditations sur les blessures du passé dans « Me laisser porter par les vents » donnent lieu au rock bilingue et déchaîné de « Rat Race ». D’un ton franc et introspectif, ses rêveries lucides sur les aléas de la vie frappent immanquablement dans le mille.

NOTES DES ÉDITEURS

Le cœur ouvert et la guitare à la main, Jonathan Painchaud invoque avec audace Bob Dylan, Bruce Springsteen et Van Morrison dans la douce chanson d’amour « La tête haute », un hommage à la femme parfaite. Avec Montréal comme muse, ses langoureuses méditations sur les blessures du passé dans « Me laisser porter par les vents » donnent lieu au rock bilingue et déchaîné de « Rat Race ». D’un ton franc et introspectif, ses rêveries lucides sur les aléas de la vie frappent immanquablement dans le mille.

TITRE DURÉE

Plus de titres par Jonathan Painchaud

Vous aimerez peut-être aussi